Forum dédié aux Films d'horreur , gore , bis et z , nombreuses discussions , critiques , tests dvd , jeux concours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion






Editeur dvd & Blu-Ray

Editeur dvd Bis et Z

Réalisateur & Producteur de films indépendants

Coup de coeur

Partagez | 
 

 THIRST, CECI EST MON SANG [2009]

Aller en bas 
AuteurMessage
ste²ve

avatar

Nombre de messages : 374
Age : 34
Points : 402
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: THIRST, CECI EST MON SANG [2009]   Jeu 10 Déc - 23:36




TITRE: THIRST, CECI EST MON SANG (Thirst / Bakjwi)

Réalisateur : Park Chan-Wook

Année : 2009

Avec : Song Kang-ho, Ok-bin Kim, Ha-kyun Shin, Dal-su Oh, Kim Hae-Sook, Mercedes Cabral, Park In-Hwan


Histoire :

Un jeune prêtre suit une expérience médicale et se porte volontaire pour tester un vaccin susceptible d'éradiquer une maladie qui sévit en Afrique. L'expérience est un fiasco, et le prêtre décède. Une transfusion sanguine d'origine inconnue le ramène à la vie, mais cette expérience le transforme progressivement en vampire. Rentré en Corée, sa résurrection attire les pèlerins. Parmi eux, il recroise la femme d'un ami d'enfance, aux charmes de laquelle il ne pourra résister.






Avis :

Dernier film en date du réalisateur coréen Park Chan-Wook, considéré comme l'un des plus talentueux réalisateurs actuels depuis notamment sa trilogie de la vengeance (Sympathy for Mr. Vengeance, Old Boy, Lady Vengeance) ou encore JSA et sa participation au film à sketches 3 extrêmes pour le segment Coupez. On remerciera encore une fois les distributeurs français de faire sortir en catimini un film pourtant récompensé par le Prix du Jury à Cannes, et même malgré le succès de Old Boy. Ainsi, si j'avais voulu aller voir le cinéma, il m'aurait fallu faire 200 bornes. Et après on viendra nous hadopiser la gueule. Désolé, c'était le passage révolutionnaire de mon avis :lol:

Thirst est un film de vampires, mais évidemment un film de vampire bien particulier. Ici, pas de grandes démonstrations visuelles ou presque, pas de fioritures, pas de jeune freluquet dont la seule qualité est d'exhiber son torse pour exciter les gamines de 14ans. Ici, on a un vrai drame sur la situation de ce prêtre qui va peu à peu être contraint d'enfreindre ce que lui interdisait sa foi. Park Chan-Wook développe la transformation de Sang-Hyeon (un vampire dont le prénom est "Sang", je ne pense pas que ce soit un hasard...) de façon subtile : sens accrus, résistance physique nouvelle, guérison inespérée...et bientôt appétit pour le sang. Une évolution assez classique sur le fond, mais couplée avec les hésitations dues à la fonction de prêtre du personnage. La volonté de ne pas pecher en évitant de tuer, ainsi que le voeux de chasteté, tout sera remis en cause par le personnage de Tae-Ju, plus extravertie, plus curieuse, moins réservée que lui. Et dans Thirst, quand on parle de désir interdit, il y a vraiment la notion de désir et d'interdit : la dimension érotique propre aux personnages de vampires (cf Le Cauchemar de Dracula ou le Dracula de Coppola, ou lire Carmilla de Le Fanu ou Dracula de Stoker) est ici pleinement exploitée dans la première moitié du film, avant que le désir de se nourrir et de tuer ne l'emporte sur le désir charnel dans la deuxième partie.

Une deuxième partie qui va jongler entre les genres. Park aime brasser les genres, et va ajouter à son drame horrifique des éléments plus loufoques et de l'humour noir. Le film change de rythme, devient un peu moins intimiste, en même temps que les personnage de Sang-Hyeon (toujours parfait Song Kang-Ho)et Tae-Ju changent. Jusqu'à une fin sublime, qui là encore se démarque du classicisme de sa situation grâce à l'univers du réalisateur.

Magnifique drame sur le vampirisme, Thirst pourra sans doute en perdre certains à cause de son ambiance et son rythme particulièrs et de son mélange des genres. Ce serait bien dommage, parce qu'en des périodes marquées par des vampires façon Têtu, on a bien besoin de films de vampire avec des couilles.






INTERPRETATION


Sans surprise, Song Kang-Ho, acteur fétiche de Park Chan-Wook, est parfait dans ce rôle difficile. Les autres acteurs sont tout aussi bons.


HISTOIRE


Gros point fort du film : son scénario. L'évolution du mal du prêtre dans la première partie, puis l'évolution des deux personnages dans la seconde sont remarquables.

VIOLENCE


Bien sur, quelques meurtres, et bien sûr des baisers sanglants.


DIVERTISSANT


Thirst est très prenant, mais comme beaucoup de films asiatiques, adopte un rythme plutôt lent, qui ne conviendra sans doute pas à tout le monde.


EROTISME


Park Chan-Wook insiste beaucoup sur la dimension érotique du vampire, et montre bien plus le corps de son actrice principale que beaucoup de films coréens. Et puis pendant la première partie, ça copule assez régulierement :lol:


AVIS PERSONNEL


Sans atteindre le niveau de Mr. Vengeance ou de Old Boy, Thirst est une vraie réussite, apportant une vision différente du mythe du vampire (ce en quoi on pourrait le comparer à Morse), plus intimiste et dramatique qu'horrifique. La réalisation de Park est une vraie réussite, les acteurs sont excellents, sans oublier la musique, assez proches des oeuvres précédentes du réalisateur avec un côté mélancolique qui renforce les images.